à propos de l’article de Véronique Beaulande, RHEF

Véronique Beaulande-Barraud, « Jean Gerson et les cas réservés : un enjeu ecclésiologique et pastoral », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 100 (2014), p. 301-318.

 

Dans cet article érudit et précis, Véronique Beaulande-Barraud étudie la question des cas réservés dans l’œuvre de Jean Gerson. Elle repère des textes qui lui sont explicitement consacrés et épingle les allusions dans les autres écrits. Après avoir parfaitement défini les cas réservés, elle contextualise la pensée de Gerson sur le sujet par rapport aux acquis de la tradition canonique et aux héritages qu’il reçoit. Ainsi se repèrent deux types de cas réservés. Le premier l’est par le pape, conformément au droit canon. Il s’agit de la réserve pontificale de l’absolution de certaines excommunications avec, pour conséquence, la naissance de la Pénitencerie apostolique. Le second concerne les cas réservés par l’évêque, définis par la coutume propre à chaque diocèse et établie dans les statuts synodaux. Ceux-ci le sont majoritairement au for pénitentiel : il s’agit de péchés que l’évêque d’un diocèse se réserve en interdisant au prêtres paroissiaux de les absoudre. L’évêque peut alors entendre lui-même le pécheur en confession ou déléguer la tâche à des pénitenciers auxiliaires.

            Que Gerson reprenne fidèlement l’héritage des traditions, d’une part canoniques d’autre part coutumières, n’étonnera personne, pas plus que le fait qu’il n’innove en rien sur la question des cas réservés. Sa réflexion conforte son souci pastoral au service des fidèles, conformément à des vues ecclésiologiques au sein desquelles la hiérarchie est respectée et l’évêque central. Ce qui ressort, en effet, c’est l’épiscopalisme gersonien de type patristique. Gerson plaide pour une réserve au sens fort, sans délégation aux pénitenciers pour les péchés les plus graves. Or, la force de la pensée gersonienne réside dans son articulation entre l’ecclésiologie et la pastorale. Aussi Gerson peut-il enchaîner en demandant que l’évêque accorde la licence d’absoudre les cas réservés aux curés de paroisse. Les deux propos peuvent sembler contradictoires : comment, d’un côté, exalter la centralité de l’évêque dans son diocèse et, de l’autre, demander que l’évêque se déleste de ses prérogatives à l’avantage des curés ? C’est que dans les deux cas, l’objectif reste le même : il s’agit de limiter la puissance pontificale du pape pour promouvoir l’Église locale. C’est bien d’une limitatio au sens fort de limitation des abus et de la plenitudo potestatis qu’il s’agit, dans le contexte d’une réflexion ecclésiologique plus large sur les pouvoirs du souverain pontife. Telle est l’authentique pensée réformatrice de Gerson. Exalter l’évêque face à la toute-puissance du pape, notamment sur les cas réservés, d’une part ; défendre les curés de paroisse face à la concurrence des Mendiants, dont on sait qu’ils sont par essence la milice déléguée par le pontife, d’autre part.

            En un mot, cette étude de cas aura laissé apparaître les tensions, les dynamiques et les résistances de l’Église du temps. En dénonçant les abus en matière de réserve et d’excommunications, Gerson propose de redistribuer les forces pastorales et sacramentelles de l’édifice ecclésial : il déplore les novitates – celles les mendiants ; il préconise le pouvoir pastoral local – celui du curé ; il résiste à la marché inéluctable de la machine pontificale – celle de la Pénitencerie apostolique qui accumule les cas réservés. Sa vision ecclésiologique, volontiers référée à l’Ecclesia primitiva, se veut localement enracinée, par le biais d’un recentrage du pouvoir épiscopal. Loin d’être conservateur, comme il y paraîtrait à première lecture, l’épiscopalisme gersonien soucieux d’une pastorale sacramentelle efficace, fait preuve d’audace voire de créativité dans le contexte des polémiques du Grand Schisme, à l’heure où conciliarisme et pontificalisme s’affrontent dans des jeux de factions monolithiques.

Bénédicte Sère (Université de Paris-Ouest Nanterre)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.