Les contributeurs

Olivier Andurand (Paris Ouest Nanterre La Défense. CHiSCO), agrégé et docteur en histoire, a soutenu en 2013 une thèse intitulée Roma autem locuta, Les Évêques de France face à l’Unigenitus, Ecclésiologie, pastorale et politique dans la première moitié du XVIIIe siècle sous la direction de Monique Cottret. Ses recherches portent aujourd’hui principalement sur le rôle des cardinaux dans l’Église de France du XVIIe au XVIIIe siècle ainsi que sur le jansénisme au XVIIIe siècle.

Véronique Beaulande-Barraud est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Après avoir obtenu l’agrégation d’histoire, elle a réalisé sa thèse de doctorat sur les pratiques de l’excommunication à la fin du Moyen Âge, thèse publiée en 2006 sous le titre Le malheur d’être exclu ? Excommunication, réconciliation et société à la fin du Moyen Âge (Paris, Publications de la Sorbonne). Elle travaille sur les juridictions ecclésiastiques, particulièrement les officialités, et leurs principes pénaux et coercitifs. Ses travaux récents portent sur la tension entre justice et pénitence dans l’exercice de la juridiction ecclésiastique, à travers notamment la question des cas réservés.

Sarah Dumortier (Université de Lille III) prépare une doctorat en histoire moderne, sous la direction de René Grevet, intitulé « Le célibat ecclésiastique: pratiques et déviances (XVIe – XVIIIe s). Elle est également enseignante au lycée Lamarck, sections européennes anglais et espagnol.

Juliette Guilbaud est chargée de recherche CNRS au centre Georg-Simmel (EHESS-CNRS). Elle travaille sur les milieux jansénistes dans le Saint-Empire et les pays Habsbourg au XVIIIe siècle, dans une perspective croisée (religieuse, sociale, politique et juridique).

Maxime Hermant (doctorant, ATER histoire moderne à Nanterre) a consacré son Master à la société populaire de Provins (1791-1795). Dans le cadre de sa thèse, il aborde la question religieuse de la Révolution et l’Empire dans cette même ville. Ses recherches s’intéressent à l’articulation entre la pratique traditionnelle du culte telle qu’elle est appréhendée par les fidèles à la fin du XVIIIe siècle et la mise en place des réformes religieuses de la période révolutionnaire au niveau local.

Bertrand Marceau (docteur, ATER Ecole des Chartes), a rédigé sa thèse sur le rôle de l’abbé de Cîteaux dans la direction générale de l’ordre cistercien de l’âge baroque à l’âge classique. Chercheur associé au Centre Roland-Mousnier, il a aussi enseigné à la Sorbonne.

Ninon Maillard (Université de Nantes, DCS (UMR 6297)), maître de conférences, historienne du droit, est l’auteur d’une thèse intitulée Réforme religieuse et droit. La traduction juridique et structurelle du retour à l’observance : le cas des dominicains de France (1629-1660), à paraître en 2015 aux éditions du Cerf. Elle travaille entre autres sur le droit dominicain moderne, sur son fond et sa forme ainsi que sur le fonctionnement des institutions religieuses.

Bénédicte Sère est maître de conférences à l’Université de Paris-Ouest Nanterre. Elle a publié un ouvrage aux éditions Brepols intitulé Penser l’amitié au Moyen Âge, en 2007 et de nombreux articles sur l’histoire de la scolastique, de l’Université et de la réflexion philosophique et théologienne dans les XIIIe et XVe siècles, aussi bien dans l’exégèse biblique que dans l’exégèse aristotélicienne. D’autre part, elle s’est intéressée aux questions concernant l’anthropologie de la honte et de la pudeur dans leurs usages sociaux, notamment à partir du sacrement de pénitence et des pratiques pénales. Actuellement, elle travaille dans le champ de l’ecclésiologie des XIVe et XVe siècle, concentré autour des écrits du Grand Schisme et autour de la production doctrinale de Jean Gerson.

Myriam Deniel-Ternant (Paris Ouest Nanterre La Défense. CHiSCO), agrégée d’histoire, a soutenu en février 2015 une thèse d’histoire moderne sous la direction de Monique Cottret, intitulée : Ecclésiastiques en débauche. La déviance sexuelle du clergé français au XVIIIe siècle au crible des sources parisiennes. Elle est actuellement enseignante en lycée, notamment en Histoire des Arts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *